Fenêtre d’Overton et liberté d’expression

« On ne peut plus rien dire » : voilà un constat que beaucoup de gens partagent sans arriver à le formuler plus précisément. On regarde ce qui nous faisait rire dans les années 80 ou dans les années 90 et on se dit, parfois amèrement, qu’effectivement, aujourd’hui ça serait impensable. D’où le succès des archives de l’INRA qui mettent en ligne tout un patrimoine tourné à un moment où la liberté d’expression semblait plus grande.

Alors que s’est il passé ?

Pour le dire tout de go : la fenêtre d’Overton s’est refermée.

Lire la suite « Fenêtre d’Overton et liberté d’expression »

Tocqueville était-il un sale type ?

Tocqueville était-il un sale type?

Michel Onfray, un de nos auteurs contemporains les plus prolixes, a consacré tout un ouvrage à cette question (Tocqueville et les Apaches, 2017). Sa thèse ? C’était un sale bonhomme. Il était proesclavage, progénocide, proraciste. Un vrai de vrai. Pourquoi est-il si bien vu ? D’après Onfray, c’est parce que dans les années cinquante, Aron le met en avant comme héraut anti-marxiste. D’un côté l’URSS, Marx et le communisme. De l’autre les USA, Tocqueville et le capitalisme. La dictature contre la liberté : voilà un clivage simple qui devrait parler aux gens.

Lire la suite « Tocqueville était-il un sale type ? »

Les gardes des portes

Il y en anglais américain une expression intéressante pour parler de notre monde médiatique actuel : la chute des gardes des portes (guardians of the gates).

L’image est la suivante : l’espace médiatique, le lieu où se produit le débat démocratique, est comparé à une ville entourée d’une muraille.

Il y a quelques dizaines d’années, les portes étaient fermées : tout le monde ne pouvait pas entrer dans le forum. Tout le monde pouvait bénéficier de ce qu’il s’y passait, via les radios, les télés, les magazines, les journaux, etc. Mais tout le monde ne pouvait pas y participer directement : tout le monde n’était pas invité sur un plateau télé pour donner son avis. Tout le monde n’était pas publié. Tout le monde n’était pas journaliste.

Lire la suite « Les gardes des portes »

L’impensé du langage

Quand j’étais en terminale, le cours de philosophie était le cours central. Nous en avions pour huit heures par semaine, plus d’heures que pour les langues, l’histoire ou la littérature. Et la plupart du temps je trouvais que ça n’était pas beaucoup.

Je regrettais que le programme soit uniquement axé sur la philosophie occidentale, moi qui rêvait déjà d’Asie. Rétrospectivement, je me dis qu’il fallait bien commencer quelque part.

Lire la suite « L’impensé du langage »

Du peuple et de ses dirigeants

J’avais demandé un jour à l’un de mes maîtres, un rabbin hassidique dont la sagesse n’a d’égal que l’humour, pourquoi les dirigeants étaient de plus en plus médiocre.

Il suffit d’observer les présidents de la cinquième république pour voir la forme que cela prend en France. Je doute fort que l’on regrette dans cinquante ans certains de nos derniers présidents de la même manière que l’on parle de De Gaulle. Un de mes amis, très en haut dans l’échelle de la fonction publique, m’avait un jour confié : il y a des ministres d’aujourd’hui, qui, il y a quarante ans, n’auraient même pas eu le niveau pour être sous-assistants de préfets.

Le rabbin avait fermé les yeux pendant un moment, comme en son habitude lorsqu’il se concentre, et puis il avait hoché la tête en souriant, tout aussi perplexe que moi. Il répondit finalement que c’était une question classique dans le judaïsme. D’un côté on parle de la chute des dirigeants, de l’autre de la montée des générations.

Lire la suite « Du peuple et de ses dirigeants »

De la couleur du temps

Kazuyoshi Yoshikawa (吉川一義), professeur émérite de littérature à l’université de Kyoto, vient d’achever la publication d’une nouvelle traduction de Proust. Parue en format poche chez Iwanami, la collection de référence pour les œuvres littéraires dans un format grand public, cette nouvelle édition compte quatorze volumes, accompagnés d’un long index, ainsi que de notes explicatives et d’illustrations d’époque pour préciser toutes les allusions et références qui pourraient être trop hermétiques à un lecteur japonais du XXIème siècle.

Lire la suite « De la couleur du temps »

Les intellectuels français et le judaïsme

Je regardai récemment un très bon entretien entre deux grands penseurs actuels : Michel Onfray et Charles Gave. Onfray revient sur son parcours et notamment sur son évolution intellectuelle, preuve que la pensée, lorsqu’elle est exercée de « bonne foi », est un acte courageux qui peut mener bien loin du point de départ.

Ma seule surprise vient du segment où ils discutent des trois monothéismes et, plus spécifiquement, du judaïsme. A ce moment, je dois reconnaître que je n’ai pas la moindre idée de ce dont ils parlent. J’ai pourtant quelques (modestes) connaissances en la matière : cela fait près de vingt ans que j’étudie avec des maîtres et que je pratique à mon petit niveau. Eh bien quand j’entends n’importe quel intellectuel français, non-juif, me parler de ma religion, j’ai l’impression qu’on me parle d’une culture exotique qui vient du fin fond d’une forêt perdue, dans laquelle vit une de ces tribus qui n’a pas envie d’entendre parler du reste du monde.

Lire la suite « Les intellectuels français et le judaïsme »

Va-et-vient linguisitiques (1)

Il y a des résonnances étonnantes entre la langue japonaise et la langue hébraïque. Il n’y a aucun lien entre les deux et pourtant, il y a comme des parentés dans les paysages qu’elles dessinent.

Le lien entre le travail et le sacré en est un exemple intéressant.

En japonais, le kanji 社 a deux sens : société (dans le sens d’une entreprise) et sanctuaire/temple shinto. Le premier se trouve par exemple dans le mot 会社 [kaisha] «société», le second dans le mot 神社[jinja] «temple shinto».

Il y a donc un lien entre la notion de travail et la notion du culte, sans que celui-ci soit à priori évident.

Lire la suite « Va-et-vient linguisitiques (1) »

Escadrille de cygnes noirs

L’année 2020-2021 aura été riche en rebondissements. On espérait la fin de la pandémie. Les vaccins sont arrivés et ont tenu leur promesse quelques mois. Et voilà que même dans les pays vaccinés, l’épidémie repart.

Evénement exceptionnel ? On a l’impression, ces dernières années, de vivre des événements exceptionnels à un rythme frénétique. Si on fait un zoom arrière sur les deux décennies qui viennent de s’écouler, on pourrait même caractériser la période de la manière suivante : l’improbable est devenu possible, le possible est devenu probable

Lire la suite « Escadrille de cygnes noirs »

Vacances

L’été commence et, en Israël, c’est la saison où on regarde pousser les concombres. On continue à travailler, mais la chaleur s’installe dans notre coin de désert et pousse aux voyages.

Je serai en France tout le mois de Juillet, à arpenter consciencieusement le sud-ouest, avec une petite incartade à Paris, que je n’ai pas vu depuis novembre 2017.

Je vais continuer à lire et à écrire, et je vais en particulier travailler sur mes deux prochains ouvrages.

Le premier sera consacré à la guerre de Gaza et sera un développement de mon article sur la vie quotidienne d’un civil en temps de guerre.

Le deuxième sera consacré à un point relativement peu connu de la philosophie chinoise classique et à la manière dont il peut être appliqué dans notre monde. C’est le concept qui sous-tend bon nombre des chroniques de ce blog, et ce sera le sujet de la première chronique de la rentrée.

D’ici là, passez un bel été, et n’oubliez pas de regarder les concombres pousser.

Image : Interprofession des Vins du Sud-Ouest, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons