De la couleur du temps

Kazuyoshi Yoshikawa (吉川一義), professeur émérite de littérature à l’université de Kyoto, vient d’achever la publication d’une nouvelle traduction de Proust. Parue en format poche chez Iwanami, la collection de référence pour les œuvres littéraires dans un format grand public, cette nouvelle édition compte quatorze volumes, accompagnés d’un long index, ainsi que de notes explicatives etLire la suite « De la couleur du temps »

Littérature et intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est déjà partout et on le sait à peine. Elle est derrière l’autocorrection de votre téléphone portable, elle est utilisée dans les moteurs de recherche, elle est même responsable de la liste des vidéos qu’on vous propose en lien avec ce que vous avez aimé.

Les nouveaux censeurs

Orwell nous avait prévenu : toute tentative totalitaire essayerait de réécrire l’histoire. Ce qu’il n’avait pas vu venir, c’est qu’ils essayeraient également de réécrire la littérature. Les faits sont dispersés dans la presse, voire n’y sont même pas mentionnés. Pris un par un, ils semblent sans grand intérêt. Mais que l’on voit l’ensemble, que l’onLire la suite « Les nouveaux censeurs »

Le nationalisme selon Hazony

Le nationalisme est la question du moment. Il clive à nouveau l’échiquier politique et traverse tous les partis. On le croyait disparu, il revient par la porte du jardin. Il est derrière l’élection de Trump, derrière le Brexit et derrière le refus des pays d’Europe de l’Est de se plier aux injonctions bruxelloises. Yoram Hazony,Lire la suite « Le nationalisme selon Hazony »

Quand le français était écrit en hébreu : Rachi

Le Cerf vient de publier la première partie des Prophètes, accompagnée de la traduction du commentaire de Rachi. Cela fait suite à la publication, en 2019, du Pentateuque, accompagné du même commentaire. L’occasion de revenir sur Rachi, géant de la culture juive et géant méconnu de la culture française.

Faut-il être un homme pour traduire Homère ?

La polémique littéraire du moment concerne un poème intitulé The Hill We Climb (la colline que nous gravissons) de la poétesse américaine Amanda Gorman. Son quart d’heure de gloire ? C’est le poème qui a été lu lors de l’inauguration de Joe Biden et de Kamala Harris, le 20 janvier 2021 devant le congrès deLire la suite « Faut-il être un homme pour traduire Homère ? »